ACCUEILJ'AIME/J'AIME PASPHOTOSJEUXLIENSME CONTACTERLIVRE D'OR
Accueil
Retrouvez ci-dessous les trois derniers articles publiés sur mon site. Et pensez à laisser un mot sur le livre d'or !
 

TRANSANGELIC EXODUS (Ezra Furman), BOARDING HOUSE REACH (Jack White), TIME ELASTIC (Laish) : Expérimentations musicales

Mes Passions - Musique

transangelicexodusezrafurmanOn commence avec un artiste américain, Ezra Furman, dont j'ignorais totalement le nom avant d'écouter son album Transangelic Exodus. Continuer à l'ignorer n'aurait pas représenté un grand drame car il est loin de m'avoir convaincu. L'album semble parfois avoir été enregistré dans un studio pour amateurs, vu sa piètre qualité sonore. Les titres ne sont ni harmonieux, ni énergiques, pour un résultat tristounet. Les instrumentations sont minimalistes, lentes et sans rythme. A partir du titre The Great Unknown, le 5ème de l'album, la qualité s'améliore quelque peu. Cependant, l'album ne deviendra jamais réellement marquant pour autant.

boardinghousereachjackwhiteOn poursuit avec un de mes artistes préférés, à savoir Jack White. Même si sa carrière solo est un ton en dessous de celle qu'il a menée avec les White Stripes, c'est toujours avec impatience que je me plonge dans chacun de ses œuvres. Boarding House Reach nous plonge immédiatement dans des sonorités étranges et l'univers particulier de cet artiste. Le résultat se montre particulièrement créatif, nous entraînant dans des directions toujours différentes. Le résultat apparaît largement expérimental, pas toujours harmonieux. Un album globalement varié et inégal, mais avec de vraies prises de risque.

Read more...

 

LES CHRONIQUES D'ALVIN LE FAISEUR, TOME 3 : L'APPRENTI (Orson Scott Card) : Go west

Mes Passions - Lectures

lapprentiAprès un premier tome pas très emballant mais un deuxième plutôt passionnant, c'est avec une réelle curiosité que j'ai débuté la lecture de l'Apprenti, troisième volet de la saga Alvin le Faiseur. Une histoire étonnante qui nous emmène aux Etats-Unis à la fin du 18ème siècle, mais dans une version où la magie existe et où certaines personnes naissent dotées de pouvoirs plus ou moins extraordinaires. On suit ici les aventures d'un jeune garçon capable de commander à la matière, qu'elle soit inanimée ou vivante. Un pouvoir dont il peut se servir aussi bien pour créer que pour détruire.

L'Apprenti est à l'image de la saga jusqu'à présent. Une première partie pas forcément passionnante, mais une montée en intensité de l'intrigue qui débouche sur une seconde moitié réellement prenante. Ce tome exploite pleinement des personnages désormais bien implantés dans l'esprit du lecteur, dont évidemment le personnage principal. Le récit en introduit de nouveaux, certains hauts en couleur et qui joueront très certainement un rôle dans les épisodes à venir. L'univers imaginé par Orson Scott Card est désormais vraiment mature et on prend beaucoup de plaisir à le parcourir en aussi bonne compagnie. Le récit mêle péripéties et évolutions des protagonistes pour ne jamais laisser le lecteur s'ennuyer, au moins dans la deuxième partie.

Read more...

 

LES FAUSSAIRES DE MANHATTAN : Fausses lettres, vrai duo

Les Blogs - Blog ciné

lesfaussairesdemanhattanafficheQui n'a jamais rêvé d'être un autre pour échapper la médiocrité de notre propre existence ? Allez, allez, vous pouvez l'avouer, cela arrive à tout le monde. Cela sert aussi de point de départ à de nombreuses histoires dans des genres et des contextes variés. Les Faussaires de Manhattan nous raconte exactement ce genre d'histoire. Celle d'une auteur quelque peu ratée qui connaît enfin la reconnaissance en imitant le style des autres et en créant de fausses lettres, soit autant de fausses pièces de collection que certains sont prêts à acquérir à prix d'or. Une histoire vraie qui donne un film tragi-comique relativement plaisant.

Le grand mérite de les Faussaires de Manhattan est d'oser nous présenter des personnages criblés de défauts et de faiblesses. Dans un premier temps, cela peut nous conduire à les trouver particulièrement antipathiques. Mais finalement, peu à peu, on s'y attache de plus en plus. Ce processus procure à cette histoire un intérêt supplémentaire. On apprécie d'autant plus une intrigue qui sans cela n'aurait pas forcément justifié un long métrage. Elle n'est pas totalement linéaire et réserve quelques rebondissements, sans être cependant d'une incroyable intensité narrative. Avec ces deux couches, le récit possède au final une épaisseur tout à fait respectable.

Read more...